Une histoire née en 1927

Vous vous rappelez de l'histoire d'ASBA ? Tout commence en 1927 à Limeil Brévannes en région Parisienne. Alfred Boudard, musicien dans le grand orchestre de Jacques Hélian et inventeur de génie, créer un support pour poser son instrument entre deux répétitions... Le premier stand de l'histoire de la music était né ! Et avec lui, la grande aventure d'ASBA.

La naissance de la maison ASBA

1927

La naissance de la maison ASBA

A.S.B.A est l'acronyme de Alfred-Simone-Boudard-Accessoires.

Alfred Boudard le fondateur de l'entreprise est né en 1900.

À la fin des années 20, il est violoniste et saxophoniste dans des orchestres de bals. Bricoleur né, il fabrique chez lui dans son petit atelier, un premier stand pour son violon puis un autre pour son saxophone. Des accessoires qui remportent l'adhésion de ses amis musiciens. Pour être dans la légalité, il ouvre un Registre de Commerce et constitue en nom propre l'entreprise ASBA en banlieue parisienne à Limeil-Brévannes.  À quatre mains, avec sa femme Simone qui gère la partie commerciale, la micro entreprise complète les revenus du couple.

Les années 30

1930-40

Les années 30

Le petit atelier de l'ingénieux bricoleur se modernise et la marque commence à être reconnue. Un cousin d'Alfred, M. Vocoret, batteur au cirque Bouglione, lui fait mieux connaître la batterie et tous ses accessoires. À l'époque, il n'y en a encore que peu d'accessoires disponibles sur le marché français et ASBA se lance dans leur fabrication. En 1934 avec Max Elloy, chanteur et batteur réputé à l'époque, ils conçoivent une pédale charleston à câble que l'on peut disposer où l'on veut sur la batterie ainsi que leurs premières sourdines pour saxophones et trompettes bouchées. En 1936, Alfred fabrique ses premiers Congas. Légers pour permettre de danser avec, Il utilise la fibre de carton. Ils sont utilisés pour la nouvelle revue des Folies Bergères : « En Super Folies », avec Joséphine Baker tout juste revenue des États-Unis.

Pendant la guerre

1940-1945

Pendant la guerre

La période impose un fort ralentissement de la production mais heureusement, Alfred n'a pas tout à fait quitté la pratique musicale. En 1943, Jacques Hélian, le chef du célèbre orchestre du même nom est démobilisé. Il crée son orchestre et invite Alfred à l'accompagner pour plusieurs tournées. C'est lors d'un concert à Lyon, alors qu'un trompettiste a oublié sa sourdine, qu'Alfred bricole, en dépannage, une sourdine en carton très efficace. Simone lui propose de l'optimiser et de créer une nouvelle ligne de produits mais la guerre, impose la cessation de l'activité.

Reprise de l'activité

1947-1949

Reprise de l'activité

Après-guerre, l’activité reprend et ASBA innove avec la fabrication de batteries complètes et de percussions typiques. 

En 1948, un premier brevet de batterie ASBA est déposé avec le modèle Be-bop. Une batterie singulière, avec de nombreuses innovations présentées au premier salon de la musique dans le cadre de la foire de Paris. La même année, la première caisse claire en laiton chromé ASBA marque l'histoire de la batterie en France. Il s'agit de la caisse claire Révélation qui préfigure la Super Révélation dotée d'un déclencheur parallèle. En partenariat avec Félix Passeronne, professeur au Conservatoire de Paris, ASBA offre une caisse claire au Premier prix de percussion. C'est le début d'une dynamique de collaboration et de sponsoring avec les musiciens, ce qui est encore peu fréquent à l'époque. Les batteurs Christian Garros et Armand Molinetti en sont les principaux ambassadeurs. La musique latine avec ses nombreuses percussions est très en vogue. Avec Henri Rossotti, percussionniste et chef d'un orchestre tropical, ASBA invente des bongos chromatiques facilement accordables.

Révolution : la caisse claire Révélation

1948

Révolution : la caisse claire Révélation

Réalisée en inox, la première caisse claire Asba a marqué l'histoire de la batterie en France et dans le monde. Elle préfigure la Super Révélation arrivée plus tard avec son célèbre déclencheur parallèle.

La croissance

1950-1959

La croissance

En 1951, au décès de Simone, Jacques Périn, neveu d'Alfred, intègre la société. Il est formé par son oncle et la petite équipe de quelques employés. L'apport de ses compétences commerciales participent de façon déterminante à l'essor l'entreprise. En 1953, Alfred, souffrant de problèmes rénaux, prend une retraite un peu anticipée et Jacques la direction d'ASBA.

En 1956, ASBA installe une fonderie dans ses ateliers pour produire dans deux fours les coquilles et les petites pièces. La production des batteries est en pleine croissance. En 1958, les peaux Dermaplastic sont fabriquées dans ses ateliers. Les meilleurs batteurs de Jazz et de variété français jouent désormais sur ASBA.

Les années stars

1960-1969

Les années stars

Vers 1963, les fûts passent aux mesures internationales. Les innovations battent leur plein. La batterie gigogne, un nouveau tilter de charleston, les congas bicolores en bois d'acajou et de citronnier... Début 1960 c'est la création de la pédale Armand Molinetti puis, à la toute fin des années 60, la pédale Caroline imaginée en étroite collaboration avec Daniel Humair connait un succès fantastique. Cette pédale vendue plus tard aux États-Unis par Ludwig, est vendue par milliers d'exemplaires. Elle est utilisée, entre autres, par Mitch Mitchell, batteur de Jimi Hendrix.

La pédale Caroline

1965

La pédale Caroline

Inventée en étroite collaboration avec Daniel Humair, la pédale Caroline a conquit le monde très rapidement par son incroyable inventivité. Distribuée aux USA par Ludwig, la pédale Caroline a connu un succès fantastique. Les plus grands musiciens de l'époque s'en sont équipés, dont Mitch Mitchell, le batteur de Jimi Hendrix. À l'époque, c'est Marc Périn qui est parti aux USA avec une Caroline dans un sac de sport... Quelques mois plus tard, elle était adoptée par toutes les pointures ricaines !

A la conquête du monde

1970-82

A la conquête du monde

Alfred Boudard décède en 1970.  Marc Périn, l'un des fils de Jacques, intègre à son tour l'entreprise familiale qui emploie néanmoins une quarantaine d'ouvriers. Le premier pied perche est inventé pour Christian Vander pour qu'il puisse installer des cymbales derrière lui. Avec Marc qui parle anglais, ASBA développe le commerce à l'export aux États-Unis et en Europe ainsi que la distribution des cymbales Paiste de 1970 à 1976.

C'est aussi la période de la fabrication de batteries en altuglass et en polyester et fibre de verre mélangés. En 1972, avec la naissance du disco, Marc et Jacques conçoivent un système d'éclairage dans les fûts de la batterie pour produire un effet optique synchronisé au jeu du batteur : La Soundlight. Puis, c'est la fabrication d'une première batterie 100% en inox pour Jean-Pierre Prévotat du groupe Triangle. ASBA est désormais vendu dans plus de 25 pays !

Les innovations battent leur plein, avec notamment la caisse claire Révélation dotée d’un déclencheur parallèle, la batterie Gigogne, le tilter du pied Charley, les congas bicolores, la pédale Caroline... Vendue aux USA sous licence par Ludwig, cette dernière connaitra un succès mondial. Les plus grands batteurs de l’époque signent chez Asba.

La fermeture

1983

La fermeture

ASBA doit faire face à une forte concurrence asiatique. Pour résister et augmenter la rentabilité, il faudrait investir dans de nouveaux outils industriels. Cette décision mettant en jeu leur savoir-faire artisanal et aux fortes contraintes bancaires ne sera malheureusement pas retenue par la direction. ASBA ferme les portes de l'usine.

Dans les placards mais encore aussi sur scène et dans les studios

1984-2015

Dans les placards mais encore aussi sur scène et dans les studios

Avec l'engouement pour le matériel vintage, les batteries et percussions ASBA ressortent progressivement des placards et des greniers. De nombreux amateurs de la marque les restaurent, les bichonnes et traquent les bonnes vielles caisses claire Révélation. 

La reprise de la marque

2016

La reprise de la marque

Passionné de la marque depuis son enfance - ses premières baguettes furent des ASBA Daniel Humair quand il avait 7 ans - Guillaume Pornet décide de relancer la marque et la fabrication de batteries en France.

Le retour d'A.S.B.A

2017

Le retour d'A.S.B.A

Sur l’invitation de Philippe Lalite, créateur de la Baguetterie et organisateur du Paris Drum Festival, A.S.B.A. officialise son retour en présentant 2 prototypes lors de l’édition 2017 de la BagShow au Moulin Rouge. Toutes les stars présentes passent sur le stand. L’accueil est très enthousiaste, les retours très encourageants... De nombreux articles paraissent sur internet, Batterie Magazine consacre 3 double pages au retour de la marque.

A.S.B.A is back !

2018

A.S.B.A is back !

Constitution de l’équipe, mise au point des produits, design et fabrication des pièces et des fûts, mise en place du site internet, création de l’atelier de fabrication à Lyon, projets de collaboration avec de grands artistes... Asba is back ! 

ASBA au Namm Show

2020 

ASBA au Namm Show

ASBA prend un stand au Namm Show organisé chaque année en janvier à Los Angeles aux U.S.A. C'est l'un des plus grands salons internationaux réunissant tous les acteurs de la facture instrumentale, toutes catégories confondues. Steve Maxwell, le spécialiste de la batterie vintage aux États-Unis, achète tous les modèles exposés sur le stand ASBA un quart d'heure avant l'ouverture officielle de l'exposition. C'est également à cette occasion qu'est révélé le système breveté TopLug, un concept de tension des peaux innovant permettant au batteur de choisir le nombre et l'emplacement des tirants, indépendamment côté frappe et côté timbre. La rencontre avec John JR Robinson, batteur sans doute le plus enregistré au monde, va permettre de sceller un partenariat avec le modèle signature de la caisse claire TopLug.